Vous êtes ici : Accueil > Bloc notes

« Je suis nouvelle mais je me soigne » « Sainte Croix » le Mans

Françoise Hagron est mariée et a trois enfants entre 19 et 26 ans. Elle enseigne depuis 1999 dans l’établissement de « Sainte Croix », le droit et le management des entreprises. Elle a été nommée directrice à la rentrée 2010.

Isabel Jubin : Françoise, tu viens d’hériter d’une lourde charge : prendre au pied-levé la responsabilité d’un établissement dans une période de crise, même si tu avais déjà celle des post bacs depuis 4 ans, cela doit représenter une entrée très différente dans le métier . Comment vis-tu cette situation ?

Françoise Hagron : C’est très intéressant. Je reste très sereine quant aux difficultés et le plus positive possible. Même si prendre un établissement dont le directeur est parti fin août n’est pas une situation confortable !Thierry Lamboley sj et Bruno Tessier m’ont proposé le poste fin juin mais il n’a été officialisé que le 16 août . J’ai dû l’assumer officiellement au moment de la rentrée.

Ajoutons à cela que le CPE a donné sa démission fin juillet. Comme il effectuait des tâches très diverses, il a fallu les redistribuer en particulier tout ce qui concerne les systèmes de communication et l’informatique. Très peu de temps pour se mettre au courant. Nous avons vécu une pré-rentrée difficile où tout le monde a été malmené sur le plan logistique.

Ajoutons à cela des soucis d’effectif en prépa qui ont alourdi la charge mais je reconnais que les instances diocésaines et rectorales nous ont aidés dans ces circonstances. Par ailleurs à la faveur de départs à la retraite de professeurs, nous n’avons pas eu de problème de poste au lycée malgré la baisse des effectifs de seconde.

IJ : Comment as-tu accepté cette mission très spéciale ?

FH : J’ai eu un entretien avec Thierry L et Bruno T. Je n’ai pas dit « oui » tout de suite mais j’apprécie cet établissement et j’ai pensé que s’ils me le demandaient c’est qu’ils me faisaient confiance, je ne pouvais donc le refuser. Je vis cela comme une riche expérience. Pour me protéger je ne me projette pas trop loin dans l’avenir J’y vais pas à pas.

Il y a dix ans la fonction de direction ne m’aurait pas déplu mais à l’époque j’ai fait le choix de rester enseignante pour un meilleur équilibre familial. Ce fut un choix sans aigreur. Mais maintenant pourquoi pas, il n’est jamais trop tard. Aujourd’hui, j’ai une lettre de mission, celle d’assurer cette année de transition afin de rétablir un climat serein en apportant une attention particulière à tous les personnels. Mais aussi proposer des orientations pour l’avenir de Sainte Croix et poursuivre avec le CA et la tutelle la réflexion concernant l’Union des lycées du Mans( l’ULM). Nous devons également finaliser notre projet d’établissement . Avec l’aide du père Lamy nous allons faire la synthèse des travaux déjà réalisés à ce sujet par l’ensemble de la communauté éducative. J’ajoute que je ne suis pas seule. Avec Véronique Seiliez directrice du Primaire et Gwenola Arrondeau , directrice adjointe du lycée, nous travaillons en étroite collaboration.

IJ : Trois femmes au pouvoir !!Trois en position d’autorité ! Comment est-ce perçu par la gent masculine ?

F H : Nous avons droit bien sûr à des remarques humoristiques ! Particulièrement lors de l’AG des anciens. cela fusait de toute part ! Trois femmes à la tête de leur chère école !. Certains ont été surpris. D’autant qu’il n’y a plus non plus de représentants du sexe dit fort à la réunion de coordination !

IJ : Et les professeurs ? Comment réagissent-ils ?

FH : Je rends hommage à leur patience et à leur compréhension. Nous n’avons pas recruté pour remplacer l’ancien directeur- adjoint, nous nous sommes arrangés à l’interne. Ainsi, la secrétaire du BTS est-elle devenue CPE, (cela correspondait d’ailleurs à son projet professionnel) et d’autres missions ont été redistribuées.

IJ : Tu manifestes une belle hauteur de vue et en effet, presque de sérénité.

FH : Pour l’instant je reste confinée volontairement dans le fonctionnement, dans la partie logistique ; Je laisse à Gwenola Arrondeau toute la partie pédagogique du lycée. C’est très précisément sa vocation. . IJ : Pourquoi crois-tu que tu as été choisie ?

FH : Je pense d’abord à mon expérience. Peu de temps après mon arrivée, j’ai participé aux instances de décision du lycée : Le CA d’abord, l’URIF ensuite. J’ai toujours été dans l’enseignement catholique et je me sens responsable de sa pérennité. Peut-être aussi le fait que je sois restée en dehors des évènements de ces derniers mois.

IJ : Ta formation de gestion des entreprises t’aide-telle à gérer cette petite PME ?

FH : Il est vrai que j’ai une certaine familiarité avec les instances sociales, le DUP, les budgets, la gestion et toutes les questions concernant le bilan et le compte de résultat .Je maîtrise les clefs mais je n’ai pas eu beaucoup de temps pour me jeter dans les problèmes spécifiques à l’école.

IJ : Qu’est –ce qui est le plus difficile ?

FH : Je pense que cela peut être la gestion des conflits. Il faut être sur le terrain pour se rendre compte des difficultés inhérentes au poste de direction ; An niveau humain et relationnel. Mais c’est aussi tout cet aspect humain et relationnel qui fait l’intérêt de la fonction.

IJ : Qu’est ce qui te permettra de dire que tu as réussi ce challenge ?

FH : Si je parviens à restaurer l’image de l’établissement à l’extérieur, à retrouver la confiance des autres établissements en leur permettant de mieux comprendre la démarche de la tutelle Enfin et j’ai envie de dire, et surtout, si je garde la confiance des professeurs et des personnels. Un chef d’établissement ne peut rien tout seul, Il ne peut rien sans le dynamisme de toutes les équipes, sans leur volonté de tous de maintenir l’école dans ses rails, fidèle à sa mission et à ses fondateurs. Un projet dans les prochains jours : nous organisons une journée exceptionnelle « La grande lessive » ou chacun, élèves étudiants, personnels enseignants et non enseignants, parents, pourra accrocher sur des fils à linge une œuvre artistique. Une exposition sur les sciences sera également proposée. Vernissage pour clore cette journée avec invitation des participants et des directeurs de collège et de lycée du Mans.