Vous êtes ici : Accueil > Actualité

Apprendre à lire avec Twitter

Apprendre à lire avec Twitter" : voilà un projet qui attire l’attention des médias mais a de quoi horrifier les tenants de la tradition. Pourtant, tel n’est nullement le but de Jean-Roch Masson, 34 ans, professeur des écoles depuis septembre 2000 à Dunkerque. Extrait du Monde de l’éducation, daté du 21 mai 2011

Le déclic est venu de sa propre familiarité avec ce type d’outil et d’une petite expérience de micro-blog menée en 2007 dans sa classe de CP. Un an plus tard, il apprend que certains enseignants ont fait de même lors de voyages scolaires. Il écrit un projet, puis saute le pas en novembre 2010. "Ce qui m’a convaincu, ce sont les 140 caractères maximum des messages. Une longueur idéale. Mon objectif est que les enfants triturent le code pour en tirer du sens".

Depuis, ses élèves de CP envoient et reçoivent des messages sur le compte Twitter de leur classe. Pas de menace sur l’apprentissage de la graphie : les tweets ne sont jamais écrits directement au clavier mais d’abord sur un cahier individuel. Pas d’alarme non plus sur l’orthographe : le professeur est très vigilant sur ce point. "En fait, parallèlement à cela, j’ai un travail très classique". Il se répète souvent le conseil de son inspecteur : " ne pas faire passer l’outil avant l’apprentissage ".

Les cours de CP sur Twitter

Pragmatique, se jugeant étranger en dehors des querelles sur les méthodes de lecture, il assure que son recours à Twitter est comparable à ce que faisait le pédagogue Célestin Freinet avec sa célèbre imprimerie scolaire : faire écrire. "L’élève n’écrit plus pour l’enseignant mais pour être vraiment lu et avoir une réponse."

Il pointe néanmoins deux immenses différences avec l’époque de Freinet : l’instantanéité de la réception des messages et leur extrême visibilité. Ce qui le conduit à faire énormément travailler les règles : droit, usage, politesse, orthographe… La première règle instaurée étant que toute présence d’un élève sur Twitter est accompagnée par un adulte. Par ailleurs, tous les enfants travaillent en binôme et dans une logique d’entraide. Tout cela ne va pas sans questions, auxquelles Jean-Roch Masson réfléchit ouvertement sur son blog.

Voir le blog de Jean-Roch Masson en cliquant ici >>>

Lire tout le dossier du Monde de l’éducation : Quand les enseignants innovent

PDF - 2.5 Mo
Quand les enseignants innovent